lundi 22 janvier 2018 19:05:06
FacebookTwitter
  
 Menu
Retour Accueil
Les News
- Infos Techniques
- Infos TNT
- Infos ADSL
- Infos Cablos
- Infos Technos
- Infos du monde
- Infos Radios
- Infos médias
- Infos Satellites
- Infos Chaines
Forums
Les Petites Annonces
Les Dossiers
Techniques
Les Bouquets
Programmes TV
Sportmag
Contacts
Dossier TNT


 Eligibilité ADSL
En partenariat avec


Testez l'éligibilité de votre ligne téléphonique. Grâce à ce test, vous pouvez savoir quelles sont les offres ADSL auxquelles vous pouvez souscrire.
Saisissez votre numéro de téléphone :



 Résiliation ...
Comment se desabonner d'un bouquet francais ?
Voici une FAQ qui répond à vos questions


 Programmes TV
Les programmes des chaînes et les infos programmes de vos chaînes du satellite et du câble

Infos déprogrammations et communiqués de presse.


 Techniques et ...
Nouveau : les fréquences complètes de TPS, CanalSat ainsi que les chaînes en clair sur Hot-bird et Astra 19 au format acrobat reader (pdf)
et l'actualité des fréquences


Généralité

La télévision, selon qu'elle est diffusée (et donc reçue) sur des technologies américaine (NTSC), française (Secam) ou allemande (Pal), répond à des standards les plus souvent incompatibles entre-eux.
L' Amérique et l'Asie du Sud-Est sont plutôt NTSC, l'Europe est Pal, la France et l'Afrique de l'Ouest et les pays de l'ancien bloc de l'Est sont Secam. En schématisant, chacun de ces trois standards sait transmettre et traiter des tops de synchro ligne et des signaux vidéo correspondant à la luminance et à la chrominance de chaque point sur l'écran. le tout forme un signal vidéo dit composite et la conception relativement ancienne des normes de télévision (525 lignes pour le NTSC, 625 lignes pour le Pal et le Secam) explique un fonctionnement basé sur des principes très semblables : partant d'une référence noir et blanc. Ainsi on transmet d'un côté la luminance avec un signal Y composé à partir des signaux primaires rouge, vert, bleu (RVB) pondérés selon la courbe de sensibilité de l'oeil, et de l'autre, deux informations de chrominance, l'ensemble permettant de tenir tous les objectifs de compatibilité.


Le système NTSC

La norme NTSC s'organise autour d'un signal de luminance identique au signal noir et blanc, qui se voit adjoindre deux signaux de chrominance transmis par des ondes porteuses (l'onde porteuse étant celle qui assure la diffusion du signal TV) calées à la même fréquence de 3,58 MHz et déphasées de 90°.
Avec 525 lignes et 30 images/s sur une bande passante étroite, le NTSC est sujet à des erreurs de teintes, la phase qui porte ici les informations de couleur étant instable et difficilement maîtrisable. Ainsi, sur les récepteurs NTSC, un bouton de réglage de la phases, qui permet de corriger les dégradations de couleur le cas échéant, devra être l'objet de toutes les attentions.


Le système PAL

De même inspiration que le NTSC, il résout l'épineux problème de phases en jouant alternativement sur les phases positives et les phases inversées. Ce système très fiable a très tôt été choisi par les professionnels de la production, qui appréciaient ses qualités, bien adaptées aux trucages notamment.


Le système SECAM

Pour ce dernier système, on a préféré jouer avec la mise en mémoire des différentes informations ; on ne transmet qu'un signal de chrominance par ligne, en modulant en fréquence une sous porteuse différenciée à 4.40 MHz ou 4,25 MHz pour chaque couleur afin d'éviter les erreurs.

Si, pour des raisons historiques, et parfois géopolitiques, le Secam a résisté à ses concurrents, le Pal reste la référence technique choisie par la plupart des producteurs d'images qui, selon qu'ils souhaitent diffuser leurs images dans telle ou telle partie du monde, devront les transcoder dans tel ou tel format.
En simplifiant, le NTSC est l'ancêtre datant des années 50, le Pal est son évolution naturelle et le Secam défend la sempiternelle exception française.
Sur tous les matériels de télévision, téléviseurs en tête, cela se traduit par des choix technologiques de standards couleur incompatibles entre-eux. Aussi les constructeurs de récepteurs se sont-ils attachés à développer des solutions multistandards permettant de lire les images dans leurs intégralité, quelle que soit leur provenance. Si l'on est sûr de ne jamais avoir la curiosité de regarder au-delà de ses frontières, on peut choisir un récepteur exclusif de son pays. Au-delà de ce cadre (que ce soient les images tournées avec le caméscope familial ou une cassette envoyée par l'oncle d'Amérique), il faut choisir un équipement multistandard.
Rappelons au passage que le téléviseur est aujourd'hui partout bistandard Pal/Secam en Europe.
Avec la mondialisation exponentielle des sources d'images, il s'agit là d'un minimum. Une image couleur de télévision est essentiellement composée par un signal vidéo composite codé dans l'un des trois formats NTSC, Pal ou Secam (ou l'une des variantes, par exemple MeSecam, Pal+ etc.), ce message étant stocké sur un support indifféremment analogique ou numérique, puis transmis par voie hertzienne (UHF ou VHF), par câble ou par satellite.
Le téléviseur doit être capable, d'une part de décrypter le format du signal reçu, d'autre part de balayer tout le spectre de la bande passante pour accrocher tel ou tel canal qui s'est vu attribuer, selon les conventions internationales, un espace de 8 MHz.
Cette dernière fonction permettant la recherche de chaîne est assurée par la partie "tuner" du téléviseur. Son réglage, a l'origine manuel, peut aujourd'hui être réalisé par les syntoniseurs automatiques intégrés aux récepteurs. Si aucune chaîne ne leur échappe, le classement ordonné desdites chaînes laisse quant à lui désirer.


Analogique ou Numérique ?

En simplifiant à l'extrême, l'analogique est une réalité physique - tension électrique, onde électromagnétique, choc d'un électron sur un luminophore.
Le numérique, c'est à dire une suite de 1 et de 0, n'est jamais que le codage mathématique de l'analogique.
Sauf à admirer un écran couvert de 1 et de 0, on peut considérer que l'image numérique, au sens strict du terme, est un non sens. En revanche, le stockage d'une image, son traitement, son transport, sa diffusion, entre une source par définition analogique et un écran qui ne l'est pas moins, peuvent être numérique.
Reste que le matériel de réception doit être à la hauteur de ces performances. On notera, cependant, les indéniables qualités du transport des données numériques : robustesse vis-à-vis des perturbation extérieures, facilité de reconstitution des données transmises, réception possible même à bas niveau.


Diffusion et transmission hertzienne

Les signaux de télévision sont relayés par la voie des ondes UHF et VHF. On les reçoit sur son antenne depuis un émetteur terrestre qui peut couvrir une zone correspondant à un département.


Diffusion et transmission par satellite

Les signaux de télévision sont relayés par un satellite qui peut alimenter indifféremment un émetteur terrestre, une antenne de réception placée en tête de réseau câblé ou encore une parabole privée. La couverture d'un satellite peut atteindre l'échelle d'un pays.


Diffusion et transmission par câble

Les signaux de télévision sont distribués sur un réseau câblé qui alimente généralement les zones fortement urbanisées avec une préférence pour l'habitat collectif.


Pays diffusant en PAL

Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Allemagne, Angola, Australie, Autriche, Belgique, Bélize, Bengladesh, Bornéo, Botswana, Brunei, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canaries, Célèbes, Chine, Chypre, Corée du Nord, Danemark, Emirats Arabes Unis, Espagne, Éthiopie, Finlande, Gambie, Ghana, Grande Bretagne, Guyane, Hong Kong, Inde, Indonésie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Java, Jordanie, Kenya, Koweït, Laos, Liban, Libéria, Libye, Luxembourg, Malaisie, Mozambique, Namidie, Nepal, Nigeria, Norvège, Nouvelle Guinée, Oman, Ouganda, Pakistan, Papouasie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Qatar, Roumanie, Rwanda, Sierra Léone, Singapour, Slovaquie, Somalie, Soudan, Sri lanka, Suède, Suisse, Sumatra, Swaziland, Tanzanie, Rép. Tchque, Thaïlande, Turquie, ex-Yougoslavie, Zambie, Zimbabwe


Pays diffusant en SECAM

Arménie, Azerbaïdjan, Bénin, Biélorussie, Bulgarie, Burkina Faso, Centrafrique, Congo, Djibouti, Estonie, France, Gabon, Géorgie, Guinée, Guinée-Bissau, Guyane française, Hongrie, Kazakhstan, Kirghizistan, Lettonie, Lituanie, Madagascar, Mali, Mauritanie, Moldavie, Mongolie, Niger, Sahara, Sénégal, Syrie, Tadjikistan, Tchad, Tibet, Togo, Tunisie, Turkménistan, Ukraine, Uzbekistan.


Pays diffusant en NTSC

Alaska, Antilles, Bahamas, Birmanie, Bolivie, Canada, Chili, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica, Cuba, El Salvador, Équateur, États-Unis, Groenland, Guatemala, Haïti, Hawah, Honduras, Jamaïque, Japon, Mexique, Myanmar, Nicaragua, Panama, Pérou, Philippines, Surinam, Taiwan, Venezuela, Viêt-nam, Yémen.


Pays diffusant en PAL M

Brésil


Pays diffusant en PAL N

Argentine


Pays diffusant en MESECAM

Arabie-saoudite, Côte d'Ivoire, Égypte, Grèce, Iran, Irak, Maroc, Russie

© Satmagmédias