samedi 20 janvier 2018 17:28:46
FacebookTwitter
  
 Menu
Retour Accueil
Les News
- Infos Techniques
- Infos TNT
- Infos ADSL
- Infos Cablos
- Infos Technos
- Infos du monde
- Infos Radios
- Infos médias
- Infos Satellites
- Infos Chaines
Forums
Les Petites Annonces
Les Dossiers
Techniques
Les Bouquets
Programmes TV
Sportmag
Contacts
Dossier TNT


 Eligibilité ADSL
En partenariat avec


Testez l'éligibilité de votre ligne téléphonique. Grâce à ce test, vous pouvez savoir quelles sont les offres ADSL auxquelles vous pouvez souscrire.
Saisissez votre numéro de téléphone :



 Résiliation ...
Comment se desabonner d'un bouquet francais ?
Voici une FAQ qui répond à vos questions


 Programmes TV
Les programmes des chaînes et les infos programmes de vos chaînes du satellite et du câble

Infos déprogrammations et communiqués de presse.


 Techniques et ...
Nouveau : les fréquences complètes de TPS, CanalSat ainsi que les chaînes en clair sur Hot-bird et Astra 19 au format acrobat reader (pdf)
et l'actualité des fréquences


La vidéo de l'échec

Vous n'avez certainement pas assisté à l'échec du lancement d'Ariane 5 (ou si vous voulez le revoir comme si vous y etiez)

Nous vous donnons la possibilité de le revoir au format Real avec "Satmag Vidéo" et pour l'occasion, 3 vitesses s'offre à vous
- Pour le bas débit (modem 56k)
- Pour le haut débit (ADSL, Câble, Réseaux)
- Et très haut débit (excellente qualité)

Voir les vidéos ici



Nous tenons à remercier l'équipe de B612 Pour l'enregistrement et l'encodage, mais également notre hébergeur Webne pour la mise à disposition d'un stream Real.


Résultats de la Commission d'enquête


Rapport du lundi 6 janvier 2003
Résultats de la Commission d'enquête

La Commission d'Enquête, chargée d'analyser l'échec du Vol 157, a présenté son rapport à Arianespace. Elle avait été nommée le vendredi 13 décembre 2002 à la suite de l'anomalie observée au cours du vol d'Ariane 5 ECA dans la nuit du 11 au 12 décembre 2002.

Conformément à son mandat, elle a établi la cause la plus probable ayant entraîné la perte de la mission, puis examiné les conséquences possibles sur le lanceur Ariane 5 Générique et enfin recommandé les mesures pour corriger les défauts constatés sur Ariane 5 ECA.

Toutes les recommandations ont été acceptées par Arianespace qui élaborera pour le lundi 20 janvier un plan d'actions pour un retour en vol d'Ariane 5 ECA au second semestre 2003.

La cause de l'échec
Après une analyse complète de toutes les mesures effectuées pendant le Vol 157 et l'étude de la documentation relative à la production, à la qualité et à l'historique technique d'Ariane 5 ECA et de tous les vols Ariane 5 à ce jour, la Commission a enquêté auprès des équipes de production et de développement en Europe.

Ses travaux confirment que toutes les opérations de préparation et de chronologie du Vol 157 ainsi que les conditions du vol jusqu'à la séparation des Etages Accélérateurs à Poudre (EAP) se sont déroulées normalement.

Le rapport de la Commission d'Enquête met en évidence durant cette phase de vol une fuite du système de refroidissement du divergent du moteur Vulcain 2. Ce phénomène entraîne une dégradation rapide du refroidissement du divergent, puis un échauffement critique de cet élément aboutissant à la perte de son intégrité. En conséquence, la forte dissymétrie de poussée du moteur Vulcain 2 engendrée par la dégradation du divergent conduit à la perte de contrôle de la trajectoire du lanceur.

En conclusion, la cause la plus probable de l'échec Vol 157 est la coïncidence de deux facteurs aggravants :

une situation thermique dégradée du divergent provoquée par des fissures dans les tubes de refroidissement ;
une définition non exhaustive des charges auxquelles est soumis le moteur Vulcain 2 pendant le vol. La Commission d'Enquête a noté par ailleurs que ces charges supplémentaires pouvaient difficilement être simulées au cours des essais au sol.

Conséquences sur Ariane 5 Générique
Les conceptions des divergents des moteurs Vulcain 1 d'Ariane 5 Générique et Vulcain 2 d'Ariane 5 ECA diffèrent sur deux points essentiels :
la forme des tubes de refroidissement qui constituent la structure du divergent ;
la technologie des raidisseurs du divergent.

La Commission d'enquête, après exploitation des 12 vols réussis du moteur Vulcain 1, n'a relevé aucune faiblesse en ce qui concerne le fonctionnement et la tenue du divergent. Néanmoins, la Commission d'Enquête a demandé que soit effectuée une vérification exhaustive du comportement du divergent du moteur Vulcain 1, comprenant une modélisation affinée pour apporter la preuve de son bon comportement pendant le vol. Cette vérification est actuellement en cours.

Conséquences sur Ariane 5 ECA
La Commission d'enquête a demandé :
de modifier le divergent du moteur Vulcain 2 en prenant en compte l'expérience obtenue sur le divergent du moteur Vulcain 1 ;
de rechercher les possibilités de simuler au cours d'essais au sol les charges observées en vol sur le moteur Vulcain 2 ;
de renforcer la qualité du matériel de vol.

Conséquences sur Rosetta
Compte tenu des aspects spécifiques liés à ce lancement, Arianespace a décidé la mise en place d'une Commission de revue qui permettra la prise d'une décision sur ce lancement mardi 14 janvier.

Prochains lancements Arianespace Deux lancements Arianespace sont programmés le mois prochain au Centre Spatial Guyanais :
11 février : Ariane 4
2ème quinzaine de février : Ariane 5 Générique


La conférence de presse du 12 décembre

Une "suite fatale d'événements", qui restent encore à analyser, a conduit à la perte de la première Ariane 5 "10 tonnes", qui a été détruite au-dessus de l'Atlantique quelques minutes après son décollage de Kourou mercredi soir, a déclaré devant la presse jeudi Jean-Yves Le Gall, directeur général d'Arianespace.

Le moteur Vulcain-II de l'étage principal pourrait être en cause, même si les raisons de ce dysfonctionnement restent inconnues. Après un décollage normal à 22h21 GMT, Ariane 5-ECA connaît sa première anomalie, au bout de 96 secondes de vol: une baisse de pression du circuit de refroidissement de la tuyère du moteur cryotechnique (à hydrogène et oxygène liquides) Vulcain-II. Selon le récit de M. Le Gall, la mission se poursuit jusqu'à 178 secondes. Entre 178 et 186 secondes, une "forte perturbation du fonctionnement" du moteur Vulcain entraîne une "perturbation importante dans le contrôle du vol du lanceur". "Les raisons profondes de cette perturbation du moteur ne sont pas établies" et il est "trop tôt pour dire que le moteur Vulcain a eu une défaillance", a souligné le "patron" d'Arianespace.

Après 187 secondes, la séparation de la coiffe qui abrite les satellites s'est produite comme prévue, mais cette "manoeuvre normale" a eu lieu "alors que l'attitude du lanceur et sa trajectoire n'étaient pas bonnes". Le dysfonctionnement s'est produit "au niveau des étages inférieurs" (constitué de l'étage principal cryotechnique et de deux accélérateurs latéraux à poudre) et ne concernait donc aucunement le nouvel étage supérieur (cryotechnique également) du lanceur.

Il s'en suit immédiatement "une perte de contrôle du lanceur, qui part dans une trajectoire erratique", a précisé M. Le Gall. Après avoir culminé à 150 km, la fusée européenne poursuit sa course et, à 455 secondes du décollage, la procédure de sauvegarde est déclenchée et l'ordre de destruction du lanceur est donné (depuis le sol).

La fusée se trouve alors à 69 km d'altitude, puis retombe, avec ses deux passagers, le satellite de télévision Hot Bird-7, de l'opérateur européen EUTELSAT, et le satellite de télécommunications expérimental STENTOR, du Centre national d'études spatiales (CNES, France) dans les eaux de l'Atlantique, entre 800 et 900 km des côtes de Guyane. Les deux accélérateurs à poudre, qui "assistent" pendant les deux premières minutes du vol le moteur Vulcain du premier étage cryotechnique, sont en train d'être récupérés au large.

Une Commission d'enquête indépendante va être nommée. Elle commencera son travail dès lundi avec une double mission: établir si cet échec "peut avoir des conséquences sur Ariane-5 dans sa version de base", et permettre un nouveau lancement de la nouvelle Ariane "le plus vite possible". Le prochain lancement prévu à Kourou, celui d'une Ariane-4 qui doit mettre sur orbite NSS-6 pour le compte de New Skies Satellites NV, est maintenu au 17 décembre. Ce tir sera le 12ème et dernier de l'année.

Ariane-5 devait revoler dans sa version "classique" le 15 janvier pour mettre sur orbite le satellite scientifique européen Rosetta en direction de la comète Wirtanen. M. Le Gall s'est voulu confiant sur la suite du calendrier. "C'est vrai qu'il y a de la concurrence, mais nous n'avons pas, pour le secteur spatial, l'exclusivité des difficultés. On a beaucoup parlé des lancement réussis de nos deux concurrents américains (Delta-4 et Atlas-5), mais nous avions réussi la même chose cinq ans avant eux", a-t-il relevé. "C'est une péripétie, je suis certain que nous allons nous relever de cette difficulté très rapidement. Nous allons repartir en vol le plus vite possible. La ligne stratégique d'Arianespace ne sera en rien changée", a-t-il assuré.





La nouvelle fusée Ariane-5 décolle du centre spatial de Kourou avant sa destruction


Le communiqué de Eutelsat


Le communiqué de presse de Eutelsat. Déclaration concernant l'échec au lancement de HOT BIRD™ 7


Paris, 12 décembre 2002

Eutelsat regrette l'échec du lanceur Ariane ECA survenu cette nuit et la perte de son satellite de diffusion HOT BIRD 7, après une série de 16 lancements consécutifs réussis.

HOT BIRD 7 était conçu pour assurer le remplacement anticipé de HOT BIRD 3 à la position 13 degrés Est, dans le cadre de la politique d'Eutelsat de maintenir à sa position phare de radiodiffusion une moyenne d'âge très jeune. L'indisponibilité de ce satellite n'a donc pas d'incidence sur la diffusion des programmes des clients d'Eutelsat à 13 degrés Est, ni sur l'audience des téléspectateurs recevant les chaînes du câble ou du satellite. Le satellite HOT BIRD 3, dont la durée résiduelle de vie est de 10 ans, continuera donc d'assurer son service avec ses performances actuelles parfaitement satisfaisantes. La société réexamine à présent la mission du satellite HOT BIRD 8, qui est en stade final de conception, en tenant compte de l'absence de HOT BIRD 7.

Eutelsat partage la déception de ses partenaires de l'industrie spatiale européenne qui ont travaillé dur pour ce projet, et en particulier Arianespace et Astrium, ainsi que celle des assureurs qui ont accompagné ce lancement.

Les risques d'échec au lancement avaient fait l'objet de garanties qui assurent Eutelsat contre toute perte financière directe.

© Satmagmédias